Pourquoi acheter de bonnes chaussettes de ski ? Tout simplement car il s’agit de l’interface entre vos pieds et la chaussure de ski. C’est cette chaussette de ski qui peut absorber les frictions et les pressions causées par la chaussure. C’est aussi cette même chaussette qui peut vous tenir chaud ou encore évacuer votre transpiration. En somme, des chaussettes de ski de bonne qualité peuvent absorber les éventuels inconforts créés par la chaussure de ski, vous apporter du confort supplémentaire et aussi garder votre pied à la bonne température.

Loin d’être de simples accessoires, les chaussettes de ski sont indispensables pour vous assurer de passer des sessions de glisse confortables et agréables ! Alors quelles chaussettes choisir pour le ski ? Est-il judicieux de mettre deux paires de chaussettes pour le ski ? On vous dit tout dans cet article !

Les fonctions d’une chaussette de ski

Se protéger du froid

Lorsqu’il fait froid, l’objectif principal du corps humain est de maintenir le fonctionnement des organes vitaux comme le cœur, les poumons et le cerveau. Le sang afflue vers eux, tandis que sa circulation se réduit au niveau de nos extrémités. Rien d’étonnant alors que nos pieds soient frigorifiés !

Les sessions de ski nous confrontent à ces conditions extrêmes et les chaussettes de ski vont permettre de garder vos pieds bien au chaud, mais aussi de les protéger.

Les chaussettes de ski sont conçues avec des matières qui permettent d’évacuer l’humidité et de réguler la température pour garantir une sensation de chaleur adaptée tout au long de la journée.

Protéger votre pied des douleurs et frictions

Les chaussettes de ski forment une “barrière” entre le pied du skieur et la chaussure de ski. Cette barrière permet de réduire les chocs, les points de frottements, et les ampoules. Certains modèles sont renforcés au niveau des zones stratégiques comme le talon, le tibia ou encore la malléole et les doigts de pied.

Jouer le rôle d'interface

Comme la chaussette prend une place “incompressible” dans votre chaussure, il faut lui allouer assez de place pour qu’elle puisse vous apporter du confort.

Elle peut permettre d'ajuster le chaussant de la chaussure, notamment lorsque celle-ci est légèrement trop petite ou trop grande.

Nous allons maintenant détailler les choix qui s'ouvrent à vous !

William Cochet, AKA Bioskieur affectionne particulièrement nos chaussettes de ski Energy High Performance.

Quelles chaussettes de ski choisir ?

Pour assurer leur rôle de protection, les chaussettes de ski doivent remplir quelques critères importants. Voici nos conseils pour faire votre choix :

La composition de la chaussette

Les chaussettes thermiques de ski sont généralement composées de plusieurs matières afin d’allier la chaleur, le contrôle de l’humidité, le maintien, la résistance et la douceur.

Les matières principales :

L’objectif premier des chaussettes de ski est de vous tenir chaud. Ce sont donc les matières dites “chaudes” dont le pourcentage doit être le plus élevé dans leur composition:

Plus le pourcentage de laine dans une chaussette est élevé, plus la chaussette est isolante et procure une sensation de chaleur. La laine a une grande capacité d’absorption et d’évacuation de l’humidité et maintient vos pieds au sec.

La laine Mérinos, dont les fibres sont plus fines, apportera davantage de douceur et d'élasticité.

Le polyester est la matière numéro 1 pour la fabrication des chaussettes techniques car il évacue très bien la transpiration et évite ainsi l’accumulation d'humidité et la sensation de froid qui va avec. Il apporte aussi de l’élasticité, permettant un bon maintien sur le pied. Enfin, c’est une matière robuste et résistante.

L’acrylique est une fibre créée par l’homme pour la substituer à la laine, qui est plus coûteuse. Elle est donc employée pour remplacer la laine en tentant d'apporter les mêmes propriétés que celles-ci. L'acrylique reste cependant moins efficace dans ses propriétés (thermorégulatrices, souplesse et douceur).
L’acrylique est peu respirante également. Des chaussettes composées principalement de cette matière ne conviendraient pas pour une pratique régulière et intensive du ski.

La soie est une fibre naturelle très fine et douce, en plus d'être thermorégulatrice comme la laine. Cette matière est aussi résistante et légère.

Les matières secondaires :

Viennent ensuite les matières “techniques” qui assurent le confort et la résistance des chaussettes de ski.

Combiné à d’autres matières, le polyamide augmente la solidité, la finesse et la douceur du tissu. Cette fibre est souvent utilisée pour la confection des renforts sur les zones du pied sensibles à la friction, comme le talon ou les orteils.

On retrouve fréquemment l'élasthanne dans la composition des chaussettes techniques : son élasticité permet à la chaussette d’épouser parfaitement la forme du pied et d’assurer un bon maintien, ce qui est essentiel pour le confort.

La conception de la chaussette :

  • Les coutures : La présence de coutures entraîne l’augmentation des frottements, voire un phénomène de compression. Une chaussette de ski de qualité doit être sans couture au niveau des orteils. Cette absence de couture limitera grandement les possibilités de friction. Sinon, il existe des chaussettes avec coutures plates qui limiteront la casse.
  • Les renforts : Une chaussette de ski technique doit être dotée de renforts. Ils sont localisés sur les orteils, le talon, les malléoles ou le tibia.
    Ils sont confectionnés en ajoutant sur ces zones des fibres spécifiques tricotées en bouclettes, comme pour la totalité de notre gamme de chaussettes de ski. Parfois, et pour des besoins spécifiques, on peut même ajouter un insert de gel comme sur le modèle GELPROTECH SKI, qui apportent une réponse aux douleurs du tibia.
  • Matière anti-friction : Les spécialistes utilisent aussi des technologies innovantes permettant de réduire considérablement le phénomène de friction. Certaines zones de la chaussette, comme les orteils et le talon, sont dotées de matières spécifiques à faible taux de frottement. La formation des ampoules est ainsi évitée.
  • La ventilation : La ventilation est également un élément déterminant pour la régulation de la chaleur, et le confort du pied. Elle permet à l’humidité de s’évacuer correctement. Là aussi, ce sont des techniques de tricotage spécifiques qui permettent d’obtenir un taux de ventilation optimum.
    La technologie Ventilated Yarn© de Monnet, que l’on retrouve par exemple dans les chaussettes FUSION, permet une pratique intensive du ski dans des conditions extrêmes, en restant toujours au sec.
  • La compression : les chaussettes de ski avec un niveau de compression doux mais efficace permettent un bon maintien de la chaussette sur votre jambe, et vous assurent une meilleure circulation sanguine. Vous gagnez ainsi en confort et en performance, de quoi rallonger vos sessions de glisse !
  • La taille : Vous pouvez bien acheter les chaussettes de ski les plus haut de gamme, elles ne seront efficaces que si elles sont à la bonne taille !
    On parle bien sûr de la longueur de votre pied, pour laquelle il est préférable de sélectionner des chaussettes taillant de 2 en 2 maximum, pour plus de précision. Mais pas seulement : elles doivent être ajustées du haut du mollet jusqu’à la pointe des orteils. Des chaussettes trop lâches glisseraient sur votre jambe en créant des plis et donc des douleurs, tandis que des chaussettes trop serrées pourraient entraîner un phénomène de compression et des problèmes de circulation sanguine.

L’épaisseur

Pour garantir l’apport de la chaleur, l’épaisseur des chaussettes de ski est le deuxième facteur après la composition. C’est la technique de tissage qui fournira une matière plus ou moins épaisse.
Mais l’épaisseur joue également un rôle dans la transmission de vos appuis dans les chaussures de ski.

Les chaussettes de ski fines :

Elles permettent un meilleur contrôle de vos appuis, et améliorent l’évacuation de l’humidité. Elles peuvent s’avérer moins chaudes, mais elles sont parfaitement adaptées aux personnes qui craignent moins le froid, ou encore quand les conditions climatiques sont moins extrêmes, en début et en fin de saison.

Elles peuvent aussi être moins confortables, mais certains modèles possèdent des zones de renforts pour réduire cet inconvénient. Les chaussettes de ski fines permettent en général un haut niveau de performance et sont donc privilégiées par les pratiquants de haut niveau et pour les sessions intensives.

Si votre chaussure de ski est “juste” en taille (comprenez, il y a juste assez de place pour votre pied) : Vous devez opter pour une chaussette fine / extra fine. Une chaussette plus épaisse créera une compression et des douleurs lors de vos journées de ski.

Les chaussettes de ski épaisses :

À l’inverse, moins votre pratique est intense, plus les chaussettes épaisses sont adaptées.
Elles permettent moins de réactivité et sont moins respirantes, mais elles vous tiendront plus chaud.

Elles pourront aussi jouer le rôle “d’amortisseurs” contre les chocs, en comblant les vides éventuels entre votre pied et votre chaussure de ski. Toutefois, il faut veiller à ce qu’elles n'occasionnent pas de points de compression.

Si votre chaussure est légèrement grande (comprenez, votre pied peut bouger un peu dans la chaussure) : Vous devez opter pour une chaussette moyennement / très épaisse. Choisir une chaussette fine pour une chaussure un peu trop grande permettra à votre pied de bouger dans la chaussure : Vous perdrez en contrôle, avec une sensation de flottement entre vous et le ski. En plus, lors des mouvements de votre pied, vous pourrez avoir des rougeurs ou ampoules dues à des frottements.

Mettre deux paires de chaussettes pour le ski, une bonne idée ?

Nous avons le regret de vous annoncer que non… Voici pourquoi :

Une compression augmentée : Le fait de superposer deux chaussettes provoque une compression trop forte sur votre pied. Votre circulation sanguine sera moins bonne, et vous aurez, paradoxalement, une sensation de froid plutôt que de chaleur. De même, votre liberté de mouvement sera entravée.

La superposition des coutures créera également des points de compressions douloureux, et accentuera le risque d’ampoules lié aux frottements.

Une mauvaise évacuation de l’humidité : Votre but est de créer une double barrière contre le froid. Mais au lieu de cela, vous allez perturber le flux d’air et empêcher l’humidité de s’évacuer. Vous aurez donc chaud au début de votre activité, mais rapidement le taux d’humidité va augmenter et accentuer la sensation de froid.

Si la technique de l’oignon, qui consiste à cumuler les épaisseurs, fonctionne pour le corps, c’est parce que ces couches ne sont pas compressées par une coque (votre chaussure de ski) et l’air circule correctement. Dans vos chaussures de ski, c’est l’effet inverse qui se produit.

Et on bannit les chaussettes en coton qui ont tendance à se gorger d’humidité plutôt que de l’évacuer !

Les chaussettes de ski en laine sont particulièrement recommandées pour les températures extrêmes. Chaudes comme froides. Dans les deux cas, elles aident à conserver une température stable dans la chaussure de ski.

Alors quelles chaussettes de ski choisir pour se protéger du froid ?

Certes, les chaussettes spécifiques pour le ski ont un coût. Mais l’investissement et le respect des critères énumérés ci-dessus vous éviteront des journées de ski qui se transforment en cauchemars !

Tenez compte de votre sensibilité au froid et des conditions climatiques, et optez de préférence pour des chaussettes de ski en laine.

Et pour les plus frileux, il existe des chaussettes de ski chauffantes, qui offrent souvent des niveaux de chaleur réglables.

Et n’oubliez pas que pour rentabiliser votre investissement, et conserver efficacement et durablement les caractéristiques de vos chaussettes de ski, il faut respecter les consignes de lavage propres à chaque type de chaussettes.

En règle générale, il est préférable de les retourner, de les laver à basse température, et de bannir le sèche-linge.

Et on n’oublie pas de couper ses ongles de pieds… !

©Crédit de photo principale de cet article @timgiu - Tim Guidicelli